Les Landes de Faeruln II

Forum sur le serveur Nwn
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Journal de bord d'Erik Pic d'Alloun

Aller en bas 
AuteurMessage
Oro
Screenographe
avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 29/10/2007
Age : 31
Localisation : Aisne (02)

MessageSujet: Journal de bord d'Erik Pic d'Alloun   Mar 13 Nov - 14:29

*Se décoiffe et forme une multitudes de ronds avec son chapeau à plume, puis fini par le reposer sur sa tête. Il joue avec sa moustache un instant et sourit en coin. Abaisse un peu plus sa coiffe, cachant légèrement ses yeux, cherchant à créer une certaine mystériosité*

Belle journée n'est-ce pas? *voix suave et profonde*

Il se tient debout, grand et fier, deux rapières à la ceinture. Un air de dandy, appuyé par une tenue soignée et légère, cet homme d'une trentaine d'année semble aimer les défis, notamment les duels armés, qu'ils soient amicaux ou non. Lors de combats, ses bras sont tellements agiles que les lames semblent tournoyer autour de lui. Mais il ne serait pas ce qu'il est s'il n'avait pas vécu autant d'histoires...


Rencontre:

L'on dit que la forêt devant Faeruln est hantée. Il paraît qu'elle abritait autrefois maints créatures qui furent tuées par les citoyens de Faeruln, en quête de pouvoir et de richesse. Ils ne cherchaient cependant qu'à se prouver qu'ils étaient des héros. Puis de guerres en guerres, les cadavres furent âppés par la terre de cette même forêt, qu'elle recracha aussitôt, on ne sût jamais pourquoi. Les os des morts se relevèrent et devinrent le sujet d'un nouveau jeu chez les faerulnais. Et depuis peu, on ne sait toujours pourquoi, les animaux sont redevenus maîtres des lieux, jusqu'au jour où...
Je me trouvais en cette même forêt avec un nain, recrue dans la garde de Faeruln, et sur qui l'on entend une rumeurs aussi improbable qu'effrayante. Nous rentrions tout deux vers Faeruln quand des bêtes recouverts de branches et de feuilles nous attaquèrent. Une fois les bêtes à terre, nous repartîmes. Et voici que nous rencontrions un homme tout en armure, un cimeterre bizarrement forgé, à la main. Il coupait des branches à terre. Ces même branches qui s'éprirent de mes bottes et me serraient les chevilles. Je pu les vaincre en esquissant quelques coups de rapières. L'homme se tenait là, devant moi et le nain, fumant sa pipe à travers son casque, et riant d'un rire sarcastique. D'autres bêtes recouverts de branchages étaient derrière nous et nous fonçaient dessus l'une après l'autre. Mes rapières firent leur travail, mais celà ne semblait pas satisfaire l'homme casqué, qui s'approcha d'une des créatures et la pointa du doigt. Celle-ci, dans un cri atroce de douleur tomba au sol, inerte. Elle ne respirait plus. J'étais autant surpris que méfiant envers cet homme à la pipe. Un individu sorti de derrière un arbre et se posta juste à côté de l'homme en armure et prononça son nom: Morte Lune. Nom peu commun et sinistre à souhait. Celui-ci riait toujours et nomma mes rapières de "lâches". Qu'entend-il par là? Je lui dis que ces même lames avaient mis à bas deux des créatures étendues à nos pieds. Il me répondis: "Pourriez-vous me mettre à bas?". Je lui demandais s'il s'agissait d'un défi et le bougre me rétorqua: "Vous voulez un défi?". Je lui demanda de répondre à ma question par une réponse simple et brève et lui suggéra d'aller en ville pour continuer cette discussion peu constructive sans risque d'être interrompu par les bêtes sauvages. Il acquiessa et me suivit, accompagné par son compagnon. Le nain, quant à lui, était parti deuis un petit moment je ne sais où, me laissant seul avec ces deu énergumènes. Il m'emmenèrent dans le quartier des Quais de Saône. Morte Lune devant, l'autre derrière, de peur que je ne fuis? Peut être bien. Morte Lune, l'homme à la pipe se découvrit avant d'entrer dans la quincaillerie des quais. Je pus voir alors son visage. Un visage simple, de jeune homme, bien qu'un peu pâle, les cheveux noirs, bref, un jeune homme comme les autres.
Il passa à côté du quincailler, qui le regardait d'un air méfiant, et s'engouffra dans une trappe derrière le comptoir. Le deuxième du duo m'invita à entrer, je m'exécutais aussitôt. Nous tombions dans un couloir et une porte en bois se dressait devant nous. Une fée apparu et voleta autour de Morte Lune, qui murmura quelques mots. Un cliquetis se fit entendre dans la porte. Il entra sans encombre dans ce qui ressemblait à une taverne enfoui sous la ville et se dirigea dans une salle à manger. Je lui suivais, suivis moi-même par le mystérieux compagnon casqué.
"Que vouliez vous me dire?" dit Morte Lune. Il semblait avoir oublié notre discussion dans la forêt et perdais un peu de sa crédibilité. Nous échangèrent quelques mots avant que deux autres personnes, dont je tairais les noms, fassent irruption. Les deux firent comme si de rien n'était et me forcèrent à sortir de cette salle et à les suivre. Morte Lune et son sbire restèrent là, assis et impuissants. Morte Lune évoqua cependant une chose qui ne rassurerait pas le plus courageux des paladins, en discutant avec l'un des deux arrivants:
"Votre compagnon m'aurait tué, si je ne l'étais pas déjà."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://faeruln2.1talk.net
Oro
Screenographe
avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 29/10/2007
Age : 31
Localisation : Aisne (02)

MessageSujet: Re: Journal de bord d'Erik Pic d'Alloun   Mer 28 Nov - 14:47

Les trolls:

Il existe un château non loin de Faeruln. Un château qui, jadis, abritait un seigneur. Paraît-il qu'il est pour l'heure, occupé par une horde de trolls qui retiendraient prisonnioère une princesse. Cruelles et impitoyables, ces créatures cicatrisent en un rien de temps. Voyons si j'arrive à rivaliser avec eux, avec ma nouvelle acquisition.

A dos de cheval je chevaucha les forêts entourant Faeruln pour arriver, après avoir pris soin d'éviter quelques animaux sauvages, à Chateauvif. Ce bastion est immense. Et ferais un bien joli bâtiment dans les mains d'un bon architecte et de quelqu'un ayant un minimum de goût.
Graaaahhh miam miam!. Un troll se dressait devant moi de toute sa hauteur. Même sur mon cheval je n'arrivais pas à voir le dessus de son crâne poilu. Ni une ni deux je pu essayer ma nouvelle rapière, qui fut très efficace. J'enfonçait de part et d'autre mes lames qui se glissaient aisément dans le corps verdâtre de cette immonde créature.



Descendu de mon cheval, je ramasse mes rapières plantées dans le corps inerte. La gueule ouverte, elle ne respirait plus. Le sang qui en sortait était si écoeurant que je failli rendre le petit déjeuner pris au bouchon. Cependant j'étais content. Ravi de voir que l'achat de cette rapière valaît le coup.

En repartant, deux autres trolls rencontrèrent mon chemin et finirent au sol, dans le même état que la première victime de ma nouvelle lame.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://faeruln2.1talk.net
Oro
Screenographe
avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 29/10/2007
Age : 31
Localisation : Aisne (02)

MessageSujet: Re: Journal de bord d'Erik Pic d'Alloun   Dim 2 Déc - 15:06

Un tournoi a eu lieu, je ne puis me résoudre à y participer... cette...hm... potion me fait plus de mal que je ne l'aurais cru. Mes visites au temple de Vénus se font de plus en plus fréquentes. Lolo m'a dit qu'elle n'arriverait à me soigner de manière permanente. Quel imbécile je suis. Comment ais-je pu croire qu'une telle puissance ne cacher pas un effet aussi néfaste. Je suis obligé pour l'heure de me trimbaler avec une douzaine de fiole sur moi. Honte à moi. Que dirais Amber et Ernesto s'ils me voyaient dans cet état. Il me faut rester caché jusqu'à ce que j'arrive à trouver une parade à cet effet secondaire.
Il paraît en plus que le favori du tournoi en a fait tomber plus d'un. Comment pourrais-je le battre dans ces conditions. J'enrage de savoir qu'un autre ose me piquer la vedette. Qui est le duelliste, lui ou moi? Mais il n'est pas sage, non, pas sage du tout de provoquer en duel une bête assoiffée de violence dans mon état. Je pourrais y perdre plus que ma fierté. Si la force de ce nain est telle que je l'entend, ma vie ne tiendrais pas sous sa lame.

Comment ais-je pu en arriver là. Une soif pareille de puissance... J'ai honte, mes amis. Que j'ai honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://faeruln2.1talk.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Journal de bord d'Erik Pic d'Alloun   

Revenir en haut Aller en bas
 
Journal de bord d'Erik Pic d'Alloun
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qui tient un journal de bord ? [pêche carpe]
» Stage Espagne - Le journal de bord.
» Titre du journal de bord
» Journal de bord à télécharger
» Team-iSport, journal de bord.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Landes de Faeruln II :: Zone RP :: BackGround des Joueurs-
Sauter vers: